La contraception naturelle est-elle vraiment efficace?

La tendance actuelle est au retour au naturel, et ce, dans tous les domaines. Cette mode est également valable en termes de contraception : de la méthode Ogino à la méthode Billings, en passant par la méthode de la température etc., nombreuse sont les techniques que chaque femme peut adopter au choix selon ses envies. Mais ces méthodes de contraceptions naturelles sont-elles réellement efficaces ? Cela est moins sûr mais le fait est que les techniques de type implants contraceptifs, injections d’hormones, patchs, anneaux, etc. ou encore pilules contraceptifs qui sont, soit dit en passant efficaces à 90% en moyenne, sont de plus en plus lourds de conséquences. En effet, on recense de plus en plus d’effets indésirables de l’adoption de certains moyens de contraceptifs non naturels, à savoir les douleurs intenses, la dépression, la prise de poids, la fatigue, toutes sortes de maladies, etc. Les méthodes ancestrales qui sont naturelles sont beaucoup plus bénéfiques pour la santé même si niveau efficacité, la question se pose.  Voici donc un petit point sur le sujet :

 


La méthode de la température

La méthode de la température

La méthode de la température

Il y a en premier lieu ce qu’on appelle la méthode de la température qui nécessite la tenue d’un calendrier d’ovulation. Il s’agit de retenir les dates clés, c’est-à-dire, celles du début et de la fin des règles afin de pouvoir déterminer la date d’ovulation. Théoriquement, c’est 14 jours avant le début des règles qu’une femme ovule, c’est-à-dire que son ovaire expulse son ovule. Au cours de cette expulsion, de la progestérone est produit dans le corps ; c’est cette hormone qui fera en sorte que la température corporelle s’élève de 0,2 à 0,3 degrés. Ce changement de température annoncera alors le début de l’ovulation. Pour en détecter son élévation, il va falloir prendre sa température corporelle tous les matins pour noter chaque variation : si habituellement elle est de 37,5°C par exemple, dès qu’elle passe à 37,8°C, la phase d’ovulation est enclenchée et la femme est dans sa période fertile. Cette hausse de la température dure environ 3 jours au cours desquelles la femme est susceptible d’enfanter si elle a un rapport sexuel non protégé. La méthode contraceptive de la température n’est pas ce qu’il y a de plus fiable au monde. En effet, pour obtenir un résultat satisfaisant, il est nécessaire de relever sa température exactement dans les mêmes conditions tous les jours, c’est-à-dire à la même heure, dans la même position, avec le même thermomètre, de la même manière, etc. Aussi, d’autres facteurs peuvent fausser les résultats, à savoir un rhume, un état de fatigue, une indigestion, etc.

 

La méthode Ogino

La méthode Ogino est une méthode contraceptive naturelle qui se base sur des calculs statistiques. Elle nécessite aussi la tenue d’un calendrier d’ovulation afin de noter rigoureusement les dates de début et de fin des règles. Cette observation devra se faire naturellement, sans contraception. Il va falloir noter ces dates pendant une certaine période (1 an par exemple) pour en constater la régularité et ou la variation. Ensuite, il est nécessaire de soustraire 18 jours au dernier jour du cycle le plus court pour obtenir une première date clé. Deuxièmement, on soustrait 11 jours au dernier jour du cycle le plus long et l’on a une deuxième date. C’est cette période que l’on va considérer comme fertile ou à risque pour une grossesse non désirée. Côté fiabilité, la méthode Ogino laisse à désirer d’autant plus qu’elle est assez compliquée et ne permet donc que 3 jours / mois sans risques de grossesse. A moins d’être patiente, rigoureuse et fan de calculs statistiques, cette méthode n’est pas vraiment conseillée. Le mieux est de la combiner avec une autre plus efficace juste histoire de vérifier.

 

La méthode Billings

La méthode Billings

La méthode Billings

La méthode Billings est la plus recourue en termes de contraception naturelle. Elle a été inventée au cours des années 70 par des médecins australiens en couple. Elle consiste surtout à être à l’écoute de son corps pour en observer les changements. Elle est également une méthode contraceptive qui se fait en adoptant un calendrier d’ovulation. En période d’ovulation, des changements s’observent sur le corps, à savoir la consistance de la glaire cervicale produite au niveau du col de l’utérus qui devient poreuse. Cela facilite l’acheminement des spermatozoïdes dans l’utérus. Par contre, en dehors de la période de fertilité, le col de l’utérus devient épais pour empêcher les spermatozoïdes de passer. Ainsi, chaque matin, il faut relever sa glaire cervicale à l’aide de ses doigts pour en tâter la consistance. Lorsqu’elle est épaisse, opaque et blanche, on est hors période d’ovulation. Si par contre elle a la même consistance qu’un blanc d’œuf, la prudence est de mise.  Cette méthode peut être efficace si on est assez à l’aise avec son corps. Beaucoup l’ont adopté et en sont satisfaits.

 


Conclusion

La contraception naturelle est plus efficace lorsqu’on combine plusieurs méthodes. On peut en effet tenir un seul calendrier d’ovulation pour adopter chacune des moyens de contraceptions de la liste. On y notera les variations de températures, la consistance de la glaire cervicale, les détails du cycle menstruel, et même son humeur ou encore en cas de grossesse, en noter l’évolution semaine après semaine. Il existe aujourd’hui des applications mobiles dédiées à cet effet que l’on peut télécharger gratuitement. Les chercheurs, depuis mai 2017, sont également sur une piste afin d’adopter un contraceptif naturel plus efficace pour un futur proche : le lupéol qui est une molécule se trouvant dans l’aloe vera associé à la pristimerine qui est une molécule se trouvant dans une plante médicinale chinoise peuvent se charger de bloquer l’activation des spermatozoïdes. Cette étude scientifique est donc à suivre de très près.

 


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :