Le taux d’avortement en France repart à la hausse

Même si la pratique de l’avortement est parfaitement légale en France depuis 1975, il ne s’agit en aucun cas d’un acte anodin. En effet, elle peut être lourde de conséquence, d’un point de vue physique mais surtout psychologique. Il s’agit pourtant d’un choix à respecter si telle est la volonté de la principale concernée. En France, si, depuis plus de dix ans, le taux d’avortements était stable, il est reparti à la hausse depuis l’année 2013. Par rapport à l’année précédente, on dénombre 10 000 avortements de plus, selon des chiffres que la Direction des Etudes et Statistiques du ministère de la Santé ou DREES a publié récemment. Ainsi, pendant l’année 2013, le nombre d’avortements est de 207 000. Les professionnels de la santé confirment cette hausse qui, cette année, semble se reproduire même s’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.


L’avortement dans les régions

L’avortement dans les régions

L’avortement dans les régions

L’IVG semble être un phénomène en région. Dans le Nord-Pas-de-Calais par exemple, 630 femmes de plus ont avorté en 2013 par rapport à l’année 2012 selon les chiffres publiés par l’ARS ou l’Agence Régionale de Santé. Pareil en Alsace où un professeur nommé Israël Nisand affirme avoir noté une hausse de 5% des avortements pratiqués dans son service dans le CHU Strasbourg. La plupart des avortements de cette région sont en effet pratiqués dans les locaux de ce médecin. Il ajoute que le phénomène a commencé en février 2013 et n’a pas cessé jusqu’à aujourd’hui. Ces constats se répètent dans plusieurs autres régions de France.

La faute aux risques liés aux pilules

L’une des raisons de cette hausse du nombre d’IVG en France serait les risques liés aux pilules qui ont fait polémiques depuis un certain moment. En effet, cette hausse coïncide avec le début de ces débats sur les pilules de 3ème et 4ème génération qui seraient dangereuses.  Les quelques patientes interrogées ont d’ailleurs confirmé cette hypoyhèse en affirmant qu’elles avaient une contraception stable et bien tolérée jusqu’au jour où elles ont décidé d’arrêter subitement la prise de la pilule de peur des risques qui y sont liés. En 2013, la contraception orale avait fait l’objet d’une étude appelée Fécond au cours de laquelle 4400 femmes et 1500 hommes avaient été testés. Les résultats ont montré que la conception orale avait reculé de 10% par rapport à l’année qui a précédé cette étude.

Les moyens de contraceptions “artisanales”

Les moyens de contraceptions “artisanales”

Les moyens de contraceptions “artisanales”

Il est ainsi sûr et certain que la principale cause de ce phénomène de l’avortement en France est due à cette polémique sur les pilules et leurs risques. Ainsi, depuis l’hiver 2012-2013, peu de personnes ont recours à ce moyen de contraception. De plus, la ministre de la santé avait annoncé que ces pilules ne sont désormais plus remboursées, ce qui engendra encore plus la peur chez de nombreuses personnes. Il faut dire qu’en ces temps de crise, opter pour une contraception payante n’est pas à la portée de tout le monde. Aussi, faire payer les gens pour leur propre contraception les désabuse  tout simplement. Au lieu de les inciter à opter pour ce type de contraception efficace et ayant déjà fait ses preuves auparavant, la polémique a fait en sorte que les gens se tournent vers des moyens beaucoup moins efficaces mais gratuits. La méthode Ogino qui consiste à ne pas faire l’amour pendant la période d’ovulation et la tenue d’un calendrier d’ovulation est un exemple. Le retrait est aussi parmi ces moyens de contraceptions « artisanales ».


D’autres raisons

Le ministère de la santé insiste sur le fait que cette polémique n’est pas la seule raison de ce phénomène. En effet, d’autres raisons pourraient expliquer le fait que le taux d’avortements en France a augmenté. Il site par exemple le fait que l’IVG est gratuit depuis mars 2013, mais aussi l’augmentation de la rémunération pour les hôpitaux pratiquant l’avortement.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :