Ne plus détester ses règles en 6 étapes

Chaque femme a sûrement déjà souhaité au moins une fois dans sa vie ne pas en être une, surtout au moment des règles. Elles voudraient toutes que ces quelques jours par mois n’existent pas. En effet, il faut qu’avoir ses règles ce n’est pas du tout une partie de plaisir : les fuites, les douleurs abdominales, les maux de tête, les seins enflés et sensibles, les sautes d’humeur, la fatigue, les sensations d’inconfort, etc. Pourtant, il est possible de rendre ces quelques jours meilleurs. En effet, puisqu’il faut vivre avec une bonne partie de sa vie dans la mesure où elles reviennent inexorablement tous les mois, autant les rendre amusantes. Comment ? Voici quelques réflexions qui pourront faire en sorte que les femmes ne détestent plus autant leurs règles. Il s’agit de six règles à suivre pour que tout le côté négatif du sujet soit balayé d’un coup.


Eviter d’en avoir honte

 

Eviter d’en avoir honte

Eviter d’en avoir honte

Les femmes ont honte de parler de leurs règles. Il s’agit d’un sujet presque tabou puisque dans la vie de tous les jours, on considère cela comme étant sales. L’existence de produits dits d’hygiène féminine pour y pallier l’atteste. De plus, le sang des règles n’est pas représenté en rouge dans les publicités mais toujours en bleu ou en vert comme pour bien souligner ce côté sale de la chose. C’est un peu normal si on en a honte au final. Aussi, son origine n’était clairs pour tout le monde qu’il y a très peu de temps ; les mythes ont longtemps régnés et restent tenaces, même de nos jours où tout est clair à ce propos. Certes, ce sang qui s’écoule est intime mais il n’a rien de honteux puisque c’est tout ce qu’il y a de plus normal et naturel. Toutes les femmes et ce, depuis l’histoire de l’humanité, ont leurs règles périodiquement, dès leur adolescence jusqu’à la ménopause. C’est même un signe de bonne santé, donc inutile de s’en cacher comme s’il s’agissait d’une maladie.

Voir le bon côté des choses : les règles sont signes de fertilité et de bonne santé

Même si tout semble être négatif à ce sujet, à tout bien y réfléchir, les règles sont non seulement signes de bonne santé mais aussi de fertilité. On devrait donc s’en réjouir et c’est d’ailleurs l’une des étapes à suivre pour arriver à ne plus détester ses règles. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si on les appelle ainsi : ce sang qui coule périodiquement est le signe que le corps est bien réglé, qu’il fonctionne comme il se doit. Ce n’est pas pour rien si lors de certains disfonctionnements de l’organisme comme la perte de poids importante, un problème psychologique, une carence alimentaire, etc., les règles peuvent ne pas arriver. Il s’agit donc d’un indicateur de santé du corps en général. En effet, quand le corps se mobilise à la résolution d’un autre problème, les ovaires sont délaissés et ne fonctionnent pas correctement. Aussi, elles sont signes de fertilité. Certes, il n’y a pas de quoi crier de joie à chaque fois que les règles arrivent mais c’est tout de même un bon signe. En effet, les règles signifient tout simplement qu’un ovule a été libéré, que l’utérus est en train de se préparer à une éventuelle grossesse, mais si l’ovule n’a pas été fécondé, cet aménagement de l’utérus devient alors inutile et est évacué par l’organisme. Tout redevient alors comme avant jusqu’à la prochaine ovulation et ainsi de suite. C’est un phénomène merveilleux auquel on devrait penser pour positiver à chaque fois que les règles arrivent.

Savoir accepter la nature

 

Savoir accepter la nature

Savoir accepter la nature

La troisième réflexion ou étape à suivre pour enfin réussir à aimer ses règles c’est le fait d’accepter la nature. L’être vivant qu’est la femme en est une merveille puisqu’elle possède tous les attributs pour se reproduire et assurer la survie de son espèce. C’est en effet le corps de la femme qui est équipée pour accueillir la vie en son sein. Ses organes fonctionnent ainsi pour que tout cela soit possible : concevoir un ovule, le libérer, accueillir le sperme, agrandir les parois de l’utérus pour héberger l’ovule fécondé, développer cet ovule fécondé pour qu’il devienne un être humain, nourrir cet être humain alors qu’il n’est pas encore né, etc. Bref, tout un mécanisme qu’il va falloir accepter et dont il faut être reconnaissant puisque si les règles surviennent normalement c’est parce que tout ce travail se fait bien comme il le faut.


Connaître et suivre son cycle menstruel

Il n’y a rien de plus angoissant pour une femme que de ne pas contrôler son cycle menstruel. Pour essayer d’avoir un enfant et connaître sa date d’ovulation ou encore pour éviter au contraire de tomber enceinte, les règles constituent un repère pour tenir un calendrier d’ovulation. Le premier jour des règles représente le point de départ du cycle menstruel. C’est de là que l’on commence le décompte et que l’on peut déterminer les deux phases du cycle menstruel : celle qui précède l’ovulation et celle qui la suit. C’est évidemment entre ces deux phases que l’événement clé se produit : la libération de l’ovule qui sort alors de l’ovaire pour aller vers la trompe. La phase pré-ovulatoire a pour rôle de préparer l’ovule et de le faire grandir. Sa durée peut varier d’une femme à une autre et d’un cycle à un autre mais dans la majorité des cas, l’ovulation a lieu au 14ème jour du cycle. Ce moment d’ovulation est à repérer via de nombreux signes sur la température du corps, la texture de la glaire cervicale, etc. La phase post-ovulatoire dure environ 14 jours. C’est le moment où l’utérus se prépare à l’accueil d’un éventuel œuf fécondé. Ensuite, s’il n’y a pas d’embryon qui s’installe dans l’utérus, les règles surviennent car celui-ci s’auto-nettoie alors. Il est important de noter qu’il existe de nombreuses applications intéressantes de calendrier d’ovulation. On retrouve par exemple Clue, idéale pour noter ses règles, observer les signes comme les douleurs, les humeurs, la texture de la glaire cervicale, la température, etc. Il faut toutefois faire attention à trop se fier des prédictions de fertilité au risque d’avoir une grossesse non désirée puisque le corps peut changer et le cycle menstruel peut parfois être irrégulier. Seul un moyen de contraception efficace comme le condom permet d’éviter une grossesse non souhaitée.

Prendre soin de soi

 

Prendre soin de soi

Prendre soin de soi

Les règles permettent de mieux connaître son corps. Ainsi, avec le temps, on commence à comprendre les divers états que l’on traverse au cours du cycle menstruel. On peut alors identifier et personnaliser ses besoins et les assouvir en conséquence. On s’occupe donc mieux de son corps grâce aux règles en prévoyant des serviettes hygiénique ou un tampon avant qu’elles arrivent ou encore en se faisant plaisir pour éviter les sautes d’humeur. Il existe aujourd’hui des protections plus écologiques et économiques pour les règles comme la coupe menstruelle. Il s’agit d’une petite coupe en silicone médical à essayer. Pour ce faire, il suffit de la placer dans le vagin où elle recueillera le sang qui s’écoule. Il n’y a qu’à vider et rincer puis replacer à nouveau. Aussi, pour mieux s’occuper de son corps et éviter les douleurs abdominales, il existe des petits remèdes en tous genres pour se soulager. Tout dépend de chaque femme mais voici quelques suggestions : une bouillote, un repas en particulier, un Spasfon, un carré de chocolat, et tant d’autres encore. Pour celles qui ont les règles abondantes et ultra douloureuses, il est important de consulter pour en parler à un médecin ou un spécialiste. Enfin, prendre soin de soi passe aussi parfois par se faire couler un bon bain, voir sa meilleure amie, lire son roman favoris, écouter sa playliste préférée, regarder plusieurs épisodes de sa série, manger une bonne glace, etc. Bref, il faut en profiter pour prendre soin de soi à n’importe quel moment mais surtout durant ses règles.

Admirer les œuvres de dame nature

Observer ses règles c’est admirer les œuvres de la nature en soi. En effet, il s’agit d’un éternel recommencement comme avec les saisons. La période des règles est un peu comme l’automne durant laquelle les feuilles sont rouges et tombent. L’hiver c’est la période qui s’ensuit. On croit que la nature dort mais c’est en réalité la préparation au printemps, à la fertilité. Ensuite arrive l’été si la fleur du printemps a réussi à être fécondée puis revient l’automne et ainsi de suite.


Conclusion

Bref, les règles ne sont pas si moches que cela n’y parait tout compte fait. Il suffit de voir tous les côtés positifs et d’être même reconnaissante que l’on a ses règles car celles qui ne l’ont pas, mise à part les femmes ménopausées et les femmes enceintes doivent angoisser à cette idée. Aussi, il ne faut pas hésiter à lire des livres pour mieux se connaître à l’exemple de l’ouvrage « Que se passe-t-il dans mon corps ? » du Dr. Raith-Paula. Aussi, il est important d’en parler et de se confier à des personnes avec qui on se sent à l’aide, cela aide.

One Response to “Ne plus détester ses règles en 6 étapes”


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :