Tout savoir sur les pertes blanches après l’ovulation

De nombreuses femmes s’interrogent et s’inquiètent parfois sur ces fameuses pertes blanches qui surviennent la plupart du temps après la période d’ovulation. Il semble pourtant que c’est un phénomène normal. Il suffit juste de se rassurer en comprenant ce que c’est et en sachant toutes les informations là-dessus. Les leucorrhées comme on les connaît dans le jargon médical sont des sécrétions qui ne devraient pas inquiéter en temps normal mais dans certains cas, il vaut mieux faire attention. Voici donc tout ce qu’il y a à savoir là-dessus :

 


Qu’entend-on par pertes blanches?

Qu’entend-on par pertes blanches?

Qu’entend-on par pertes blanches?

Dans le domaine de la gynécologie, les pertes blanches sont appelées leucorrhées. Il s’agit d’écoulement de liquide secrété par l’appareil génital de la femme. En temps normal, cette manifestation physiologique est tout ce qu’il y a de plus naturelle et peut avoir plusieurs aspects au cours du cycle menstruel. Certaines femmes ont plus de pertes blanches que d’autres, et selon chacune, la texture peut varier : granuleuse, onctueuse, fluide, etc. parfois même la couleur peut varier du blanc à d’autres teintes. En fait, tout dépend de l’état d’avancement du cycle menstruel. Cependant, ces pertes blanches peuvent révéler des cas d’infection bactérienne ou fongique comme la mycose vaginale que beaucoup de femmes ont sans même le savoir.

 

A quoi servent les pertes blanches?

Si les pertes blanches sont des manifestations naturelles chez la femme c’est qu’elles servent bien à quelque chose. Leur physiologie fluctue selon leur application. La plupart du temps, lorsque les pertes blanches sont abondantes c’est parce que le vagin réalise un processus d’auto nettoyage. En effet, les leucorrhées favorisent l’évacuation des cellules mortes et autres résidus indésirables s’accumulant dans l’appareil génital de la femme. Par ailleurs, ces pertes blanches ont également comme rôle principal de lubrifier le vagin surtout au moment des rapports sexuels lorsqu’il y a excitation pour éviter la sècheresse intime. Il s’agit alors de transsudation vaginale lorsque le vagin se lubrifie au cours du rapport sexuel. Une fois les rapports sexuels terminés, une partie du sperme va être expulsée avec les pertes blanches secrétées sous l’effet de l’excitation sexuelle.

 

Les pertes blanches et l’ovulation

Les pertes blanches peuvent aussi contenir la glaire cervicale. Il s’agit de la substance particulière que le col de l’utérus secrète. Cette substance sert principalement de rempart pour empêcher les agents pathogènes risquant de pénétrer l’appareil génital de la femme. La glaire cervicale entre aussi en jeu dans le processus de procréation puisque c’est la substance qui facilite la circulation des spermatozoïdes pour parvenir à l’ovule à féconder. Ainsi, juste avant l’ovulation, le col de l’utérus en produit énormément pour jouer ce rôle le moment venu. C’est donc bon signe d’avoir plus de pertes blanches à cette période puisque le corps féminin se prépare à accueillir les gamètes masculins. Une fois le pic ovulaire dépassé, les pertes blanches vont se coaguler et s’épaissir si juste avant elles étaient fluides.

 

Les pertes blanches et la grossesse

Il y a aussi quelque chose à dire sur les pertes blanches et la grossesse. En effet, au début d’une grossesse, l’organisme de la femme subit des modifications hormonales importantes, ce qui va entrainer l’augmentation des pertes blanches. Le phénomène peut être observé dès les débuts de la grossesse, juste après la fécondation. Attention toutefois à ne pas se méprendre car ces manifestations ne sont pas forcément des signes cliniques d’une potentielle grossesse. Au cours de la grossesse, durant les neuf mois de gestation, le taux d’œstrogène et de progestérone s’accroissent considérablement. La progestérone va faire en sorte que les leucorrhées vont s’épaissir tandis que les œstrogènes vont favoriser une mort cellulaire précoce, ce qui va entrainer un auto nettoyage du vagin très fréquent. De plus, la zone génitale de la femme au moment de sa grossesse va être hypervascularisée, ce qui entrainera une exagération des pertes blanches. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter.

 


Quand doit-on s’inquiéter?

Les pertes vaginales peuvent aussi être le signe d’une anomalie au niveau de l’appareil génital de la femme dans certains cas. En effet, puisque la flore vaginale résulte d’une alchimie bactérienne, il peut arriver que cet équilibre soit déstabilisé sous l’effet de certains champignons. C’est dans ces cas-là, lorsque les pertes blanches revêtent un aspect inhabituel avec une consistance anormale ou une odeur prononcée et désagréable qu’il faut s’inquiéter et consulter immédiatement. Les infections vaginales provoquent souvent des démangeaisons et des irritations qui ne mettent pas vraiment la femme en situation de confort. Ainsi, en cas de doute, le mieux et le plus conseillé est de consulter immédiatement un médecin en vue d’un diagnostic et d’un traitement adapté.

 

Conclusion

En général, les pertes blanches constituent une manifestation totalement naturelle du corps humain chez la femme tout au long de son cycle menstruel pour diverses raisons et rôles  mais lorsque la substance secrétée revêt un aspect ou une odeur anormale, il vaut mieux consulter. Sinon, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

One Response to “Tout savoir sur les pertes blanches après l’ovulation”


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :